Guide pour les débutants en rédaction SEO

Bonjour à tous,

Nous avons créé ce guide de rédaction SEO pour les débutants dans le but d’aider le plus de gens possible à maitriser la plateforme WordPress. Cela dit, cet Ebook s’adresse principalement aux débutants dans le domaine. L’Ebook ne couvre certes pas toutes les specificités de WordPress, mais vous aurez du moins accès aux bases de la plateforme afin de vous lancer correctement dans la rédaction SEO!

Merci de télécharger notre fichier et bonne rédaction!

4 astuces pour améliorer la lisibilité de votre article WordPress

Afin de garder l’attention de vos lecteurs, vous devez écrire des textes lisibles. D’ailleurs, WordPress offre un outil nommé « lisibilité » qui vous aide à réviser la qualité de votre article. Voici donc 4 astuces pour que votre public cible puisse apprécier votre article du début à la fin!

Image libre de droits pixabay.com

Utilisez la voix active

Lorsque l’on parle de phrase à voix active, c’est le sujet qui fait l’action. De l’autre côté, lorsque l’on parle de phrase à voix passive, c’est plutôt le sujet qui subit l’action.

Conseil 1: Essayez de toujours prioriser la voix active, car elle rendra votre texte beaucoup plus léger et beaucoup plus facile à lire. Toutefois, n’hésitez pas à mélanger les deux types de phrases: les phrases passives peuvent être nécessaires par moment pour expliquer correctement une idée.

Variez vos débuts de phrases

But, temps, lieu, énumération, justification, opposition et plus encore: il existe de nombreuses catégories d’organisateurs textuels pour vous permettre de structurer logiquement vos articles. De cette façon, vous pouvez faire preuve de créativité pour éviter d’utiliser les mêmes mots consécutivement en début de phrase.

Conseil 2: Tentez de varier vos mots en début de phrase, cela rendra votre texte beaucoup plus plaisant à lire. Un texte varié est la clé du succès pour intéresser votre public.

Divisez votre texte à l’aide d’intertitres

Dans l’optique de maintenir l’intérêt des lecteurs, veillez à ce que votre texte soit bien divisé. Pour y arriver, prenez connaissance des différentes idées qui forment votre texte et séparez-les. Par la suite, vous pourrez leur donner un intertitre, ce qui aura pour effet de compartimenter l’information. Ainsi, la lecture sera plus facile et légère pour votre public cible.

Conseil 3: Ajoutez un nouvel intertitre pour introduire chacune de vos idées. Ainsi, votre texte sera plus structuré et donc, plus facile à lire.

Optez pour des phrases courtes et des paragraphes raisonnables

Afin de ne pas ennuyer vos lecteurs, tentez de rédiger logiquement vos phrases ainsi que vos paragraphes. De plus, en restant raisonnable sur la quantité de mot, vous vous contenterez du nécessaire pour bâtir votre article.

Conseil 4: Gardez en tête qu’une phrase contenant plus d’une vingtaine de mots est considérée longue. Pour sa part, le paragraphe, est jugé long lorsqu’il dépasse la barrière des 300 mots.

Désormais, vous pourrez travailler en collaboration avec la section « lisibilité » de WordPress! Bonne rédaction!

Le méta-titre

le sigle SEO est ecrit dans des cercles, avec un motif de fleches rouges qui traverse le cercle

Le rôle de la Requête dans le titre 


La fonctionnalité Requête dans le titre(Keyphrase in title) vérifie si votre mot-clé focus (requête cible) apparaît au début de votre méta-titre. On ajoute de préférence ce mot-clé au début du titre, pour montrer directement l’objet dont l’article ou la page traite. L’utilisation d’articles définis comme ‘’le’’ ‘’la’’ et ‘’les’’ avant la requête dans le titre n’affecte pas l’optimisation SEO de l’article, les algorithmes comprennent qu’on utilise la requête au début du titre. De plus, assurez-vous d’avoir toujours la formule exacte de votre requête cible dans le méta-titre.

Pourquoi le méta titre est important dans l’optimisation SEO ? 

Le méta-titre est le titre de la page qui apparaît sur les moteurs de recherches lorsque les internautes recherchent votre page sur les navigateurs. Le méta-titre apparaît en bleu au dessus de l’URL en vert et de la méta-description en noir. 

Le méta-titre est une partie importante du référencement organique, c’est la première chose que les gens voient à propos de votre article. C’est également le premier élément que les moteurs de recherches analysent afin de déterminer la nature de votre page. Si vous voulez que votre article soit référencé sous un mot-clé spécifique, vous devriez essayer de placer ce même mot-clé au début du méta-titre afin d’indiquer clairement le sujet de l’article ou de la page. Ne pas utiliser votre requête cible dans le méta-titre rend difficile pour les algorithmes l’indexation de votre page. Il est alors important d’étoffer ce titre afin de le rendre le plus descriptif possible, tout en restant attirant. 

Comment doit être le méta-titre ? 

Il est conseillé d’utiliser tous les mots de la requête cible dans le méta-titre afin d’optimiser la portée et le référencement de votre page. Le méta-titre doit également contenir le nom de votre marque ou de votre site internet, ce qui rendra facile l’identification des pages à votre nom. Si les internautes tombent plusieurs fois sur vos pages et reconnaissent votre ‘’marque’’, ils auront alors plus tendance à cliquer s’ils vous voient dans les pages suivantes dans leur recherche. D’un autre coté, si vous n’ajoutez pas le nom de votre site dans le méta-titre, Google s’en chargera pour vous. Les algorithmes de Google sont programmés pour identifier le nom du site dans le méta-titre, s’ils ne le trouvent pas, ils risquent de changer votre titre et de l’ajouter. Le méta-titre ne doit être ni trop long ni trop court, rendez-le originale et n’ajoutez pas de mots inutiles.  


Choisir la bonne requête cible

dessin montrant une loupe zoom trois cadres remplis de texte

La requête cible (focus keyword) ou mot-clé focus est le terme ou la série de termes sous lesquelles vous voulez référencer votre page/article. Quand les internautes recherchent ce terme, ils devraient alors naturellement trouver votre article. Yoast SEO dans WordPress vous donne accès à un champ pour préciser votre requête cible. Le plugin analyse alors la page et son contenu, et vous conseille ensuite de mieux optimiser la requête cible. 

Une bonne analyse des mots-clés vous permettra de mieux cibler le contenu de votre article, ceci-dit, on privilégie souvent les mots-clés à longue traînes (long tail keyword), cette appellation désigne les mots-clés qui attirent chacun peu de visiteurs sur un site internet, mais dont le cumul peut représenter une part non négligeable du trafic total d’un site.

La longue traîne est généralement constituée de mots peu utilisés ou au moins de synonymes peu connus qui, du fait de leur faible utilisation par les internautes, seront moins concurrentiels : si moins de recherches sont faites sur ces mots-clés, il est en revanche plus facile pour les sites web d’obtenir une bonne position dans les résultats des moteurs de recherche.

De manière générale, plus l’expression utilisée par l’internaute est longue, plus elle a de chances de faire partie de la longue traîne. Les expressions courtes composées de 1 à 3 mots en sont généralement exclues.

Outils pour trouver des mots-clés 

Google vous fournit en permanence les tendances de recherche de vos mots-clés. Les termes que vous trouverez dans les suggestions Google sont des termes et des combinaisons de mots utilisés par des internautes pour faire des recherches sur le Web. Cet outil peut être utile pour vous constituer quelques premières idées des tendances de recherche des internautes sur le sujet que vous voulez traiter. Même si il est en anglais, le site Answer the Public peut s’avérer utile dans vos recherche pour trouver des questionnements que les gens ont sur un sujet particulier. Cela peut vous procurer également des tas de nouvelles idées et de l’inspiration pour de nouveaux articles.
Il faut garder en tête que les suggestions changent souvent, elles seront souvent adaptées à ce que vous avez cherché auparavant. Lorsque nous avons cherché le terme « focus keyword » l’année dernière, c’était ça le résultat suggéré : 

Et voici ce que les résultats montrent maintenant : 

Les suggestions changent dépendamment des recherches des internautes, utiliser donc cet outil pour les requêtes-cibles pourraient s’avérer intéressant. 

Analyser le volume de recherche de votre requête-cible 

Une fois que vous avez déterminé votre requête-cible, vous devez l’analyser et déterminer ensuite s’il y a ou non beaucoup de recherches reliée à celle-ci. Google a rendu complexe avec le temps l’analyse de volume de recherche d’un terme, il faut alors avoir un compte AdWords actif afin de savoir précisément la fréquence de recherche d’un terme précis. C’est certes une solution complexe et chère, ceci-dit, d’autres outils peuvent vous aider dans cette tâche. 

Google Trends 


Non seulement vous pouvez déterminer le volume de recherche d’un terme, mais vous pouvez également comparer les fréquences de recherche à l’intérieur d’une certaine période. Si vous avez déjà un article bien référencé, vous serez en mesure de savoir avec Google Trends quels termes ont permis aux internautes de trouver votre article ou page. Comparer vos anciennes requêtes cibles avec celle que vous voulez utiliser pourrait alors vous donner quelques indices sur le trafic potentiel que cette même requête pourrait générer. 

On voit donc que le trafic n’est pas comparable entre les deux termes, ‘’marketing internet’’ a un plus gros volume de recherche, il s’agit donc de la requête cible qui doit être optimisée. L’utilisation de Google Trends pour comparer votre ancien mot-clé et celui que vous voulez utiliser procure un aperçu des perspectives possible de ladite requête. 

Googlez votre requête cible 

En plus de savoir quels termes de recherche sont réellement utilisés par les utilisateurs, il est important de savoir si votre articles correspond ou non aux attentes des internautes qui recherchent ce terme sur les moteurs. La meilleure façon de savoir si votre contenu répond ou non à leurs besoins est de chercher vous-même sur Google la requête que vous proposez. 

Prenez le temps de consulter les deux premières pages de résultats. Les articles dans les résultats Google sont-ils semblables au vôtre ? Votre article pourrait-il correspondre aux résultats affichés dans ces pages de recherche ? Si vous décidez d’écrire votre billet ou page de blog, en optimisant ce mot-clé précis, demandez vous alors si cet article a sa place dans les recherches. Utilisez le contenu de ces pages pour vous inspirer, on ne vous encourage pas à copier, mais seulement vérifier si vous n’êtes pas passés à côté d’informations importantes. Pensez comment votre article pourrait se démarquer de cette liste. 


Vérifier la santé d’un site WordPress

homme assis a une table et qui ecrit sur son ordinateur portable

WordPress est une des meilleures plateformes d’hébergement sur internet, et le site est déjà bien optimisé pour vous aider dans vos tâches et votre référencement. Ceci-dit, de simples modifications vous permettront de bâtir une base plus solide sur laquelle bâtir votre site/blog. Ces modifications vous permettront alors de mieux vous référencer, d’affiner votre travail et de l’optimiser au maximum. 

Vérifiez la santé de votre site 

Avant d’entamer les modifications, il serait préférable de vérifier l’état de votre site. Il y a beaucoup à gagner en hébergeant son site sur un serveur moderne qui est régulièrement mis à jour et qui offre les meilleures performances. Demandez-vous alors sur quel serveur est hébergé votre site ? quel formule d’hébergement avez vous ? Utilisez vous des serveurs moins cher mais dont les performances sont minimes ? ou voulez-vous investir dans le meilleur serveur possible pour votre blog WordPress ? 
Le Health Check plugin permet d’analyser tout l’envers du décor de votre site, Ce plugin vous fourni une foule d’informations techniques et vous aide à optimiser et améliorer votre site. Ce plugin est si utile que l’équipe WordPress va maintenant l’inclure dans la plateforme de base.

Vérifiez l’état de votre serveur 

WordPress recommande à tous ces usagers que le serveur qui héberge leur site/blog doit inclure les nouvelles versions de PHP, MySQL, MariaDB et des supports HTTPS. Il est possible d’utiliser des versions plus anciennes, mais ce n’est pas recommandé. Grâce au Health Check plugin, vous avez accès aux informations détaillées de vos installations. De plus, vous aurez des détails sur votre formule d’hébergement, si vous naviguez dans le tableau de bord du site internet de votre serveur. 

Mettez à jour vers le PHP 7.0 ou plus 

Beaucoup de sites ou de blogs WordPress fonctionnent avec des versions obsolètes du PHP, les statistique de WordPress montrent que la moitié des sites fonctionnent avec les versions 5.0 du PHP, alors que les versions 7.0 sont disponibles depuis plus de 3 ans. Tout le monde apprécie la rétrocompatibilité, ceci-dit, elle empêche WordPress, en tant que plateforme, et les propriétaires de sites de tirer le meilleur parti de leurs sites. Ces anciennes versions de PHP ne reçoivent plus de correctifs de sécurité et sont donc de plus en plus vulnérables aux attaques.
Une des choses les plus importantes à faire est donc de mettre à jour votre formule d’hébergement vers une version plus récente du PHP. Vous en tirerez beaucoup d’avantages : 

  • PHP 7 fournit une meilleure vitesse de navigation pour votre site; 
  • Le site est beaucoup plus fluide et la navigation plus efficace; 
  • Vous fournit des outils modernes pour l’optimisation; 
  • Vous fournit un environnement protégé et sécuritaire.  

Avant de modifier le serveur de votre site, il est important de suivre quelques étapes : 

  • Faites une sauvegarde de votre site; 
  • Créer un environnement de simulation (local staging environment), c’est un environnement serveur qui sert à tester votre site web et ses applications logicielles dans les conditions les plus proches possibles de la réalité;
  • Installer votre sauvegarde dans cet environnement;
  • Testez le tout pour voir si ça fonctionne proprement; 
  • Mettez à jour votre site, dans la majorité des cas, votre plateforme d’hébergement vous permet de faire tout ça. 

Utilisez les protocoles de sécurité SSL et HTTPS 

Auparavant, l’adoption du protocole SSL (pour avoir un URL HTTPS et un cadenas vert dans la barre URL du navigateur) était une option. Plusieurs sites n’ont pas besoin du haut niveau de sécurité supplémentaire que SSL fournit.

Mais aujourd’hui, avoir un certificat SSL valide est presque une obligation dans le référencement. Les moteurs de recherche peuvent « pénaliser » les sites qui n’ont en pas (et/ou afficher des avertissements à côté de leurs résultats de recherche). Il est également conseillé pour tous les sites Web d’utiliser un certificat SSL, pour empêcher les pirates informatiques et

Vérifiez les options de votre site 

Il est conseillé de jeter un coup d’oeil aux paramètres de WordPress, car plusieurs d’entres eux peuvent affecter le référencement de votre site. En premier, il faut vérifier vos paramètres de visibilité dans ParamètresLecture, pour s’assurer que vous n’empêchez pas accidentellement les moteurs de recherche d’indexer votre site Web. Vous devez également vous assurer que vos paramètres d’écriture et de lecture sont tous réglés correctement, ils contrôlent vos catégories par défaut et ce qui doit être affiché sur votre page d’accueil. N’oubliez pas également de donner à votre site un slogan dans ParamètresGénéral !

Créez un Permalien efficace 

Les paramètres de votre permalien définissent le format de votre page et les URLs de vos postes, ce qui peut avoir un impact important sur le référencement. Donc, si vous créez un nouveau site, l’une des premières choses que vous devez faire est de changer les paramètres de votre permalien, que vous pouvez trouver dans ParamètresPermaliens. Si vous ne modifiez pas vos paramètres par défaut, toutes vos pages et tous vos postes auront des URLs qui ressemblent à exemple.com/?p=123, ce qui est tout à fait correct, mais pas vraiment efficace dans le jargon SEO. Ça peut alors influencer vos utilisateurs et les moteurs de recherche qui percevront moins bien votre page ou article. 

Nous recommandons les utilisateurs d’utiliser cette formule pour leurs permaliens : exemple.com/nom-de-la-page/, ou exemple.com/categorie/nom-de-la-page/

Pour la plupart des sites WordPress, le choix de l’une ou l’autre de ces options sera parfaitement adapté. Pour la première option, vous pouvez simplement changer le paramètre du permalien à /%postname%/, comme ceci :

Choisir la formule WWW. ou non 

Vous pouvez également choisir de faire apparaître votre site comme ça : http://www.exemple.com, ou simplement exemple.com. Vous pouvez régler cela dans ParamètreGénéral.

Du point de vue du référencement, il y a peu de différences dans les deux cas. De plus, la plupart des configurations d’hébergement et de serveur redirigeront automatiquement les demandes de la  » mauvaise  » version, vers la version que vous avez sélectionnée. C’est pourquoi il s’agit avant tout d’une question d’image de marque – quelle est l’approche qui convient le mieux à votre site ?


Longueur de contenu dans WordPress

homme ecrit un texte sur des feuilles posées sur une table

Chaque page de votre blog WordPress doit contenir un certain nombre de mots afin d’être proprement catégorisée par les moteurs de recherche. Des pages regroupant une liste d’articles (Taxonomy) requièrent généralement moins de mots que des articles vedettes (Cornerstone content). Les Cornerstone Content sont les meilleurs articles ou pages proposés par votre blog, un  un peu comme vos articles vedettes que vous devez mettre en avant, ceux que vous désirez classer dans le top 5 des résultats de recherches. 

Page de classification d’articles250 mots ou plus
Article normal 300 mots ou plus 
Article vedette 900 mots ou plus 

Cette fonctionnalités calcule le nombre de mot dans votre contenu. Dépendamment du nombre de mots, ce contenu sera alors classifier dans la bonne catégorie de pages par les algorithmes. 

L’importance de la longueur du contenu dans le SEO 

Il y a plusieurs raisons qui expliquent l’importance de la longueur de texte: premièrement, les articles contenant très peu de mots seront considérés comme peu intéressants pour les internautes, et de ce fait seront catégorisés dans les contenus faibles (Thin Content) par les moteurs de recherche. De plus, plus votre texte est long, plus il sera facile de le catégoriser par les moteurs de recherche en fonction de sa nature, surtout si celui-ci est bien résumé par les méta-titres, les étiquettes et le mot-clé focus. Finalement, écrire un plus long texte permettra à celui-ci d’être catégorisé sous plusieurs variantes de votre mots-clés focus, qu’on nomme les mots-clés à longue traîne. Ce sont des expressions de recherche très spécifiques ayant un faible volume de recherche, mais qui expriment assez clairement l’intention de l’internaute. Après tout, nous avons tendance à aborder plusieurs thèmes dans un même sujet, ce qui fait que notre article est catégorisé alors sous plusieurs sujets différents par les moteurs de recherche. 

l’importance de la lisibilité

N’en faites pas trop et ne rajoutez pas dans votre texte des mots inutiles juste pour le gonfler. Des articles longs et mal écrits ne seront pas lus en entier, les internautes s’en détourneront très rapidement. Ces articles ne seront donc pas partagés sur les médias sociaux, et les usagers ne reviendront probablement pas sur votre site Web. WordPress recommande au moins 300 mots par poste. Si votre article en comporte moins, il ne sera pas classé par les moteurs de recherche, mais gardez en tête que les articles de blog contenant plus de 1000 mots peuvent également s’avérer difficile à lire, vous aurez alors  besoin de bonnes compétences en rédaction pour y arriver. De gros blocs de texte pourraient très bien effrayer vos lecteurs. En fin de compte, les articles longs et mal écrits ne seront pas bien classés dans Google, simplement à cause de la mauvaise expérience de l’utilisateur. 

Comment rédiger un bon texte 

Il est difficile de rédiger un contenu de bonne qualité, surtout lorsque votre but est d’écrire de longs articles afin de faire croître votre référencement organique. Si vous êtes un rédacteur expérimenté, vous pouvez écrire de très longs articles de plus de 1000 mots. Si vous savez que vous n’êtes pas le meilleur auteur, nous vous conseillons de viser environ les 700-800 mots. Dans tous les cas : assurez-vous que la structure et la lisibilité soient impeccables. Si votre score de longueur de contenu est une puce orange ou rouge, vous devez ajouter du texte. Rédigez des articles plus originaux et de qualité, mais demeurez toujours dans votre thématique. Analysez votre mot-clé focus sous toutes ces définitions et tournez vos idées autour de cela. 

Ce que vous devez retenir, si vous voulez allonger votre texte, est que tout ce que vous ajoutez doit être pertinent pour votre lecteur. Pensez aux questions que celui-ci pourrait se poser sur le sujet que vous couvrez. Pouvez-vous répondre à ces questions ? Pouvez-vous créer des liens vers d’autres blogs pertinents ? Y a-t-il des aspects du sujet que vous pouvez développer sans perdre de vue le thème principale ? Prenez le temps de réfléchir au sujet et à ce que vous pouvez dire à vos lecteurs, cela pourrait en valoir la peine. Rappelez-vous qu’il faut structurer votre texte pour qu’il reste facile à lire !

Utilisation des sous-titres 

Une façon de structurer votre texte est d’utiliser des sous-titres. Les titres à l’intérieur d’un texte servent (au moins) à deux choses : ils présentent d’abord l’ordre des idées. Vous voyez immédiatement qu’un sujet a, par exemple, trois sous-titres qui l’approfondissent. Une autre fonction est pour la lecture diagonale. De nos jours, la plupart des gens zieutent une page Web plutôt que de la lire en entier. Faites-leur savoir ce que contient votre paragraphe en utilisant des sous-titres clairs. Cela rend également votre texte agréable à lire. La lisibilité est très importante, les sous-titres rendent votre texte long plus facile à comprendre pour les moteurs de recherche et les utilisateurs.

Blog WordPress: présentation de la plateforme

WordPress est une plateforme conçue dans l’optique de créer et de gérer différents types de contenu web. D’ailleurs, grâce à sa conception réfléchie, WordPress permet à tous de créer des blogues de qualité. Voici donc 4 notions de base à maitriser pour concevoir rapidement et efficacement votre premier article de blog!

1. Rédigez un titre pertinent

Tout d’abord, lorsque vous arriverez sur la plateforme, vous devrez ajouter le titre de votre article. N’oubliez pas qu’il s’agit du premier élément lu par vos lecteurs et que l’originalité de ce titre déterminera si ces derniers poursuivront leur lecture ou non. Ainsi, saisissez un titre court, pertinent et accrocheur qui contient beaucoup de mots-clés relatifs à votre sujet.

Conseil: Il existe de nombreux niveaux de titre. De cette façon, quand vous insérer un bloc de titre, il est important de le configurer logiquement. Par exemple, le titre de type H1 est réservé au titre principal, alors que celui de type H2 est réserver aux sous-titres du premier (et ainsi de suite).

Imprime-écran de comment ajouter un titre sur WordPress
Imprime écran de la plateforme WordPress

2. Créez correctement vos blocs

Par la suite, juste en dessous du titre que vous aurez choisi, vous verrez une icône représentant un « plus ». En cliquant dessus, il vous sera possible de choisir la nature du prochain paragraphe.  Ainsi, vous pourrez inscrire, dans la barre de recherche, ce que vous désirez ajouter : vidéo, image, paragraphe, titre, et bien plus encore. Sinon, parcourez les blocs proposés pour vous inspirer. Assurez-vous de rester constant dans la mise en page de votre document, cela permettra au lecteur de comprendre naturellement la structure de votre article.

Imprime-écran des options de bloc sur WordPress
Imprime-écran de la plateforme WordPress

3. Personnalisez vos paragraphes

Par après, cliquez sur vos différents paragraphes pour en modifier la configuration. En effet, en cliquant sur les différentes sections de votre texte, des icônes vont apparaître au-dessus de celles-ci. La première icône vous permet de passer d’un type de bloc à un autre. Les trois icônes suivantes servent à changer l’alignement du paragraphe sélectionné. Pour leur part, les deux icônes suivantes permettent de changer l’intensité de la police d’écriture et donc, de la mettre en italique ou en gras. La dernière icône proposée, elle, permet d’insérer un URL à votre paragraphe. En personnalisant vos paragraphes, vous les uniformiserez et ils seront davantage attrayants pour les lecteurs.

Imprime-écran d'un bloc de la plateforme WordPress
Imprime-écran de la plateforme WordPress

4. Suivez la structure de votre article

Dans le haut de votre écran, à gauche, vous pourrez suivre la structure de votre contenu lorsque vous cliquerez sur l’icône « structure du contenu » ou « bloc navigation ». D’ailleurs, ces sections vous seront utiles pour constater la structure de votre blog, ainsi que son nombre de mot, de titre, de paragraphe et de bloc. De ce fait, si vous avez des contraintes lors de votre rédaction, vous pourrez vous y référer constamment pour vous encadrer. Référez-vous constamment à ces sections pour suivre de près la structure de votre article.

Avec ces 4 notions de base, vous serez en mesure de concevoir correctement votre premier article de blogue. Bonne rédaction!